Archive pour le Tag 'Assises'

Déontologie : il nous faut du concret, maintenant

L’Association Journalisme et Citoyenneté a réuni le 13 mars à Paris une session spéciale consacrée à l’après – Charlie. Quatre ateliers* ont analysé le matin des thèmes concrets avant une restitutions et un débat général dans l’après-midi .

Le président de l’APCP, Yves Agnès, est intervenu dans le premier atelier. Il a notamment expliqué comment, en misant sur la responsabilité collective des professionnels et sur le public, la création d’une instance de régulation serait un pas important pour conforter la liberté de la presse en même temps qu’elle contribuerait à améliorer la qualité de l’information.

Yves Agnès a décrit  5 priorités pour arriver  à cet objectif : sortir des dénis de réalité, refuser le « chacun pour soi » dans la défense de la liberté d’informer et la qualité de l’information, prendre conscience qu’il faut agir ensemble avant qu’une vision réglementaire et moraliste s’impose partout, sortir du conflit entre les partenaires sociaux sur un sujet qui devrait faire consensus, adosser cette instance à la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels.

Lire l’intégralité de intervention d’Yves Agnès aux Assises du 13 mars 2015

*liberté d’expression,devoir d’informer et responsabilité, leçons éditoriales de janvier, éducation à l’information éducation aux médias, les terres oubliées de la République et les territoires maltraités de l’information

Session spéciale des Assises du Journalisme le 13 mars « Et maintenant on fait quoi ? »

« Et maintenant on fait quoi ? Dès le 7 janvier la question s’est imposée dans tous les échanges. Comment faire pour que l’horreur de ces journées n’engendre jamais la terreur, ni la censure? Comment faire pour que le formidable espoir que des millions de citoyens ont dessiné le 11 janvier ne reste pas sans lendemain?

Deux mois après, avant que les énergies ne se dissipent, l’association « Journalisme & Citoyenneté » convie les professionnels des médias à une édition spéciale des Assises Internationales du Journalisme et de l’Information pour mettre en débat, avec le grand public, leurs interrogations, leurs convictions et leurs propositions d’actions. » L »APCP sera représentée plusieurs ateliers.

Cette session spéciale aura lieu le 13 mars au Palais d’Iéna, siège du Conseil économique, social et environnemental (CESE), de 9h30 à 19h30.

L’inscription est obligatoire :  ici

Le Programme

10h00 à 13h00 : Ateliers professionnels

Quatre ateliers pour permettre aux professionnels concernés, journalistes, éditeurs, policiers, magistrats, enseignants, etc. de confronter leurs expériences et de formuler des propositions concrètes qui puissent répondre aux questions posées aux acteurs de l’information par les attentats de janvier.

1. Liberté d’expression, liberté de croyance, devoir d’informer et responsabilité. Avec notamment Fabienne Siredey-Garnier, vice-présidente du TGI de Paris et présidente de la 17ème chambre  (presse) et des représentants de RSF, du SNJ, de l’APCP.

2. Les leçons éditoriales de janvier. Avec notamment Jean-Marie Charon (sociologue), Patrick Eveno (président de l’ODI), Nicolas Jacobs (médiateur de France 2), Denis Salas, magistrat et essayiste, Laurent Doulsan (France Info).

3. Education à l’information, éducation des médias. Avec notamment Divina Frau-Megs (directrice du CLEMI), Luc Hermann (agence Premières lignes), John-Paul Lepers (Arte).

4. Territoires oubliés de la République, territoires mal traités par l’information. Avec notamment Philippe Rio (maire de Grigny), Christelle Chiroux (chef du service société, TF1).

14h30 à 19h00 : Débats publics

14h30-16h « Et maintenant on fait quoi? » : Constats partagés et préconisations. Restitution des ateliers du matin et mise en débat avec le grand public.Jean-Paul Delevoye (Président du CESE), et Fleur Pellerin (Ministre de la Culture et de la Communication) prendront la parole.

16h30-19h00 Plénière grand public « Etre Charlie ou pas ? » Le modèle éditorial français à l’heure de la mondialisation. Quel accès à l’information aujourd’hui ? Quelles responsabilités pour les journalistes, les éditeurs et les citoyens ?

Rappel : il est obligatoire de s’inscrire à l’avance 

 

Crédibilité des médias : une embellie et des questions

La dernière édition du sondage annuel TNS Sofres pour La Croix -lire ici -  a mis du baume au coeur des médias assaillis de critiques après la couverture des événements des 7, 8 et 9 janvier. Et il y a de quoi : comme en 2014, l’indice de crédibilité – la réponse « oui » à la question « les choses se sont-elles passées comme rapportées par ..  » augmente de 3 % et atteint 58 %. Confirmation d’une tendance, mais aussi sursaut lié à un bond de l’intérêt porté aux nouvelles de + 8% par rapport à 2014. Il faut dire que les sondeurs ont rencontré les personnes interrogées entre le 8 et le 12 janvier, et que les télévisions devaient souvent être allumées pendant les entretiens. La télévision reste d’ailleurs la source privilégiée pour s’informer pour 55 % des personnes interrogées. Internet l’est pour 22 %, et il est notable que la moitié de ces internantes sont des « mobinautes » accros du smartphone et de la tablette.

Couverture des attentats : pas de satisfecit massif

Pour « approfondir », c’est encore la télévision qui a la cote : tous types d’émissions confondus – J.T., magazines, info en continu – c’est vers elle que se tournent 63 % des sondés pour en savoir plus sur un sujet. A souligner le poids assez modeste des médias non traditionnels – alternatifs, de contre ou ré-informaiton comme ils se nomment eux-mêmes -  qui ne sont une source pour s’informer que pour 8 % des personnes interrogées et une source pour approfondir que pour 4 %.

TNS Sofres a complété son enquête traditionnelle par deux questions posées en ligne dans la semaine du 16 au 19 janvier. L’une concernant la liberté d’expression, et il faut souligner, après l’unanimisme du Je Suis Charlie,  que pour un quart des sondés celle-ci n’est pas assezImage slider annonce édition spéciale encadrée en France. L’autre sur le traitement des attentats, qui satisfait plus des deux tiers des personnes interrogées, mais où seule une petite majorité pense que les médias ont « évité d’aggraver les tensions entre les différentes catégories de français » ou n’ont ni « mis la vie des otages en danger » ni « nui au travail de la police ».

Des éléments d’appréciation qui ne sont donc pas un satisfecit massif, et qui devront être présents à l’esprit lors de la journée de réflexion « Les leçons de Charlie » organisée au Conseil Economique et Social à Paris le 13 mars par les Assises internationales du Journalisme et de l’Information,  à laquelle l’APCP s’associe . PG

12



SYNDICAT INDEPENDANT DES ME... |
BIBLIOTHEQUE |
Grand Serment Royal des Arb... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog de l'Association
| L'amicale des donneurs de s...
| LE CLUB DOMINICAIN - Artisa...