Objectivité de l’information, honnêteté du journaliste : l’ODI propose une réflexion sur l’emploi de ces termes

Un petit groupe composé de sept membres de l’Observatoire de la déontologie de l’information (ODI), a réfléchi à l’emploi de ces deux termes, souvent opposés lorsqu’on parle de la pratique journalistique. Le document publié ici  résume les points de convergence. Le groupe s’est référé notamment à la mission et à la déontologie du journaliste telle que définie dans un texte de l’UNESCO du 21 novembre 1983  lire ici ce texte

 

« Garder ses distances », y compris sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sur lesquels s’expriment les journalistes ne sont pas en dehors de la sphère d’analyse d’un médiateur. Témoin un avis de Pierre Tourangeau, l’ombudsman de Radio-Canada, qui a récemment donné partiellement raison à un plaignant. Dans un document de trente-trois pages contenant une centaine de références et autant de liens Internet (..!), celui-ci faisait trois reproches au producteur-animateur d’une émission de la radio ICI Radio-Canada Première. Elle était consacrée le 7 mars 2015 au Gamergate, un fil de discussion sur Twitter qui dénonce la collusion entre les critiques de jeux vidéo et l’industrie du jeu, mais est aussi remarquable par la misogynie qui s’y exprime.

Oui, dit l’ombudsman à l’issue d’une longue analyse argumentée et documentée, le producteur de l’émission était fondé à « angler » son sujet sur la misogynie récurrente de cette agora virtuelle qu’est le « hashtag Gamergate » sur Twitter, surtout la veille du 8 mars (journée internationale de la femme). Non, l’annonce de l’émission sur sa page Facebook n’était pas une prise de position, mais un texte accrocheur, « ironique et promotionnel », dont l’objectif était « d’éveiller la curiosité de l’auditeur pour l’amener à écouter l’émission du lendemain. »

En revanche, Pierre Tourangeau retient le troisième grief formulé : dans un échange avec le plaignant sur sa page Facebook, le journaliste a qualifié ce dernier de « négationniste » , outre quelque jurons et noms d’oiseau à son adresse. « Propos inappropriés », tranche le médiateur, qui rappelle que les journalistes de la chaîne sont tenus de respecter sur les réseaux sociaux les mêmes valeurs et règles éthiques que sur les autres supports. Pierre Tourangeau souligne, notamment à l’adresse des jeunes journalistes familiers de Twitter et Facebook, qu’il ne faut pas se laisser entraîner sur les réseaux sociaux « par le contenu, le ton, le franc-parler, voire l’irrévérence des commentaires qu’ils reçoivent, à débattre parfois « vigoureusement » et à porter des jugements sur les opinions de leurs interlocuteurs ».

Et il conclut en posant que « sur le terrain des médias sociaux, encore relativement vierge et mouvant, les journalistes et leurs semblables doivent absolument apprendre à garder leurs distances, seul moyen de protéger leur impartialité et leur crédibilité. » Cela vaut même dans l’utilisation personnelle des médias sociaux, car « l’association professionnelle avec Radio-Canada » est réputée permanente. Les Normes et pratiques journalistiques (NPJ) de la chaîne canadienne posent que « l’expression d’opinions personnelles sur des sujets controversés ou d’ordre politique peut miner la crédibilité du journalisme de Radio-Canada et éroder la confiance de notre public ».

En bref, le journaliste de Radio-Canada ne cesse jamais complètement de l’être, même quand il s’exprime sur des sujets d’actualité à titre personnel. P.G.

Conseil de presse : l’omerta médiatique

L’absence d’informations sur la déontologie de l’information empêche un véritable débat public. Un responsable politique, acquis à l’intérêt de créer en France une instance indépendante de déontologie de l’information, déplorait voici deux ans déjà l’absence d’un mouvement d’opinion net en sa faveur, qui puisse convaincre les professionnels et le gouvernement d’unir leurs forces pour y parvenir. La principale cause est qu’il existe une quasi omerta médiatique sur le sujet, même lorsque l’actualité y pousse. Le concept même est donc quasi inconnu de la plupart de nos concitoyens, ainsi que l’existence dans le monde et en Europe de telles instances. Pourquoi les médias français – écrits, audiovisuels, en ligne – sont-ils si discrets ? Plusieurs raisons y concourent, pas très convaincantes.

La première raison est que les journalistes et leurs dirigeants n’aiment pas la critique. Contrairement à de nombreux pays, où le respect dû au public et la responsabilité à son égard est consubstantiel de la liberté de l’information, la tradition en France – le journalisme y est issu de la politique et de la littérature – met le journaliste sur un piédestal. D’autant qu’a longtemps prévalu l’idée qu’il ne pouvait être jugé que par ses pairs, comme en atteste par exemple la déclaration des devoirs professionnels du Syndicat national des journalistes, dans sa version de 1938, comme dans celle de 2011*. Trop de journalistes se considèrent encore comme « intouchables ». Un reproche qui leur est fréquemment adressé par des lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs dans les débats publics. Pour certains, observer collectivement les manquements à la déontologie, prôner une instance dédiée à ce travail, est attentatoire à leur « liberté ». C’est le cas notamment parmi des journalistes et médias influents et classés idéologiquement à gauche.

L’absence d’une large information sur la déontologie du journalisme tient aussi au fait que la plupart des rubriques de journaux et émissions de radiotélévision consacrées à l’actualité des médias sont orientées seulement désormais sur l’économie, la technologie et les « people ». Leur champ était plus large lorsqu’elles ont vu le jour au début des années 1980. Il semblerait qu’aujourd’hui les journalistes ne s’intéressent plus guère au rôle capital joué par les médias d’information dans la société du XXIème siècle. A l’heure d’Internet. Pourtant, on le sait, le public est très demandeur de ces informations, les enquêtes confirment les observations que chacun peut faire.

On nous a parfois fait valoir dans des rédactions qu’il « fallait un événement » pour que les médias puissent parler de la qualité de l’information et des moyens pour l’assurer. Si l’événement est bien, comme tous les journalistes le savent, un fait nouveau, d’intérêt public et significatif dans la société, alors il n’en manque pas. Certes, aucun scandale médiatique de l’ampleur de l’affaire d’Outreau (2000-2005) n’est venu heureusement, depuis dix ans, éclabousser les professionnels de l’information. Mais les manquements à l’éthique professionnelle sont permanents, et il ne manque pas d’occasion de s’interroger et de rendre compte : nombreuses manifestations publiques, locales ou à portée nationale**; remise au gouvernement en février 2014 du rapport de Marie Sirinelli sur la question ; actualité de l’Union européenne (Commission, Parlement) ; événements dramatiques de janvier 2015 qui ont mis en lumière la pertinence et l’urgence d’une telle idée… les événements sont là. Mais l’intérêt des journalistes, souvent guidés par des préjugés, l’est-il ? Ainsi le responsable de la rubrique « médias » d’un quotidien national nous disait-il voici quelques années que, oui, un conseil de presse était une bonne idée, mais que « cela ne se ferait jamais ». Quand la boule de cristal tient lieu de professionnalisme…

Il faut évidemment compter aussi avec l’hostilité, incompréhensible à nos yeux puisque strictement française, de nombre de dirigeants de médias, particulièrement dans certaines organisations patronales de presse écrite. Leur opposition de principe est telle que deux syndicats de quotidiens ont pu mener parmi leurs mandants une opération de désinformation de belle facture (voir Le Bulletin de l’APCP nos 46 et 47). Des consignes sont-elles données dans les rédactions d’occulter ce dossier ? Il est légitime de poser la question.

Le résultat est un silence qui ne bénéficie ni aux citoyens, ni aux professionnels, journalistes et éditeurs de tous médias. Les premiers n’ont pas droit à des informations qui les concernent directement. Les seconds ne peuvent engranger les bénéfices qu’ils tireraient de la création d’une instance indépendante de déontologie de l’information. Et le débat public sur le rôle de l’information dans la société en pâtit. Yves AGNÈS


*En contradiction, notons-le, avec l’engagement du SNJ depuis octobre 2012 en faveur d’une instance nationale de déontologie comprenant des représentants du public. **Les Assises du journalisme sont de celles-là ; l’APCP a elle-même organisé des colloques en 2009 et 2013, mais aussi bien d’autres organisations.

12345...59



SYNDICAT INDEPENDANT DES ME... |
BIBLIOTHEQUE |
Grand Serment Royal des Arb... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog de l'Association
| L'amicale des donneurs de s...
| LE CLUB DOMINICAIN - Artisa...