Maroc : Un Conseil national de la presse en projet

Le cabinet royal, plusieurs ministères (Intérieur, Communication, Justice) et le Secrétariat général du gouvernement sont à l’origine d’un projet de nouveau code de la presse.

 Le projet prévoit notamment la mise en place d’un Conseil national de la presse. Cette instance devrait permettre de  réduire le nombre de recours à la justice dans les affaires de presse voire permettre leur résolution à l’amiable. En effet, l’institution devrait se charger en partie du travail de sanction jusque-là assuré par la justice, via un arsenal de mesures comprenant le retrait total ou temporaire de la carte de presse ou la privation de l’aide financière de l’état et de la publicité.

Composé de 15 personnes, dont 5 éditeurs et 5 journalistes issus des syndicats les plus représentatifs – en l’occurrence la FMEJ (Fédération marocaine des éditeurs de journaux) et le SNPM (Syndicat national de la presse marocaine), ainsi que de 5 représentants de la société civile, le conseil devrait voir ses membres nommés « sur proposition de l’autorité gouvernementale compétente et des organisations professionnelles, soit la FMEJ et le syndicat, qui, avec le ministère, vont se mettre d’accord sur une liste de 10 noms.

Quant aux 5 représentants de la société civile, ils seront nommés par Sa Majesté », ajoute M. Taj. « Le président du conseil, lui, sera élu parmi les 15 ». La nouvelle instance devrait également se charger de missions assez diverses, allant de l’élaboration d’une charte éthique à l’attribution des cartes professionnelles en passant par leur retrait provisoire (jusqu’à cinq ans), voire définitif.

 Source :

www.bladi.net/11920-code-presse-maroc.html

 JL ML

Le programme de travail jusqu’à fin 2007

Notre objectif est d’arriver avec un projet rédigé et présentable d’un futur conseil de presse aux prochaines « Assises du journalisme » prévues en mai 2008. A raison d’une réunion par mois, préparée par une réunion du CA et l’envoi d’un document à tous, nous devrions pouvoir réaliser cet objectif pour fin avril.

 Les prochaines réunions ouvertes à tous

 Chaque réunion (sur un thème) sera animée par un « pilote » et précédée d’une réunion du CA. Chaque « pilote » pourra proposer d’inviter une ou plusieurs « personnes ressources » à cette réunion ouverte.

 Mercredi 26 septembre, 17h30. Statut et périmètres (journalistes, médias, recevabilité des plaintes…) d’un futur conseil de presse.

 Jeudi 25 octobre, 17h30. Composition d’un futur conseil de presse.

 Mercredi 28 novembre, 17h30. Décisions d’un futur conseil de presse, publicité des décisions, sanctions.

 Mercredi 19 décembre, 17h30. Recentrage sur l’orientation générale, les objectifs, le nom d’un futur conseil de presse.

 La réunion de fin janvier (date et pilote à fixer) est prévue sur le fonctionnement et le financement d’un futur conseil de presse.

Assemblée générale de l’APCP

dscf0871.jpg

Vue des participants le 7 juin à l’AG de l’APCP au CFD-EMI à Paris.

dscf08681.jpg

De g. à d. : Yves Agnès, Jean-Luc Martin-Lagardette et Bertrand Verfaillie. (Photos : Guy Bernière)

Excusés

- Alain Le Gouguec, journaliste, membre de Reporters sans Frontières (RSF) qui tiennent au même moment leur assemblée générale durant laquelle ils parleront de l’APCP.

- Jacques Morandat, Fédération française des agences de presse (FFAP), soutien personnel et celui de la fédération. Vif intérêt pour notre démarche.

- Encouragement de Claude Jean-Bertrand, universitaire, auteur de plusieurs livres sur la question, satisfait de l’émergence de l’APCP.

- Françoise Decressac, journaliste retraitée, membre fondatrice

- Sylvie Touboul, journaliste indépendante et membre fondateur

- Erwan Ruty, Ressources Urbaines, agence de presse des quartiers

- Marc Capelle, directeur de développement de l’Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Lille et Daniel Deloit, directeur. Tous deux ont promis de nous soutenir dans nos manifestations futures, avec adhésion de l’école.

- Jacques Trentesaux, journaliste à l’Express, vice-président de la société des journalistes,

- Emmanuel Derieux, professeur à Paris II IFP.

- Gilles Bérhault, ACCID (Communication et développement durable) ; nous invitera à présenter notre association durant son université d’été.

- Jacqueline Papet, RFI, journaliste CFDT.

Présents

Yves Agnès, ancien rédacteur en chef au Monde et président de l’APCP

Jean-Luc Martin-Lagardette, journaliste, secrétaire trésorier de l’APCP

Manola Gardez, coordinatrice générale de l’Alliance internationale de journalistes

Jérôme Bouvier, journaliste, organisateur des Assises internationales du journalisme

Yann Brand, journaliste, journal du ministère de la Défense

Nicolas Becqueret, enseignant, chercheur, secrétaire général AQIT

Vincent David, relations décideurs contre-pouvoirs et média

Carlo Revelli, média citoyen Agoravox

Pierre Moorkens, Fondateur de la Fondation M

Paule Pérez, psychanalyste et chercheure en philosophie

Loïc Hervouet, journaliste, enseignant, médiateur RFI

Guy Bernière, retraité de l’AFP depuis un mois

Pierre Frémont, Clemi, formation aux médias,

André Vialette, retraité des télécommunications, Economie et Humanisme

Nadine Farrugia, psychologue thérapeute, chargée de communication

Anne Dhoquois, rédactrice en chef site Place Publique

Nathalie Dollé, animatrice pôle européen Alliance internationale de Journalistes

Dominique Dutilloy, journaliste-écrivain, collaborateur Agoravox

Yves Loiseau,  représentant CFDT du personnel France 3, collaborateur Agoravox

Erwan Lecoeur, sociologue

Bertrand Verfaillie, journaliste.


Rapport d’activité (par Yves Agnès)

« L’Association de préfiguration d’un conseil de presse (APCP) a été fondée le 28 novembre 2006 par onze membres du réseau de l’Alliance internationale de journalistes. Notre association est en effet la suite logique des réflexions menées au sein de l’Alliance, à l’initiative notamment de Jean-Luc Martin-Lagardette, tout au long de l’année 2006. Notre conviction était qu’il fallait agir, poser un acte fort capable d’entraîner, au-delà de notre petit groupe, un certain nombre de ceux qui se préoccupent de la qualité de l’information en France et de la responsabilité des journalistes et des médias à l’égard du public.

L’APCP a maintenant six mois d’existence et je pense pouvoir affirmer que le but initial de cette fondation a été atteint.

Promouvoir l’idée d’un conseil de presse

Car notre premier objectif était de créer un début de prise de conscience au sein de la profession et, en dehors d’elle, parmi ceux – personnes ou groupements – qui partagent cette vision de la nécessité d’une mise en œuvre réelle dans les médias de règles déontologiques, ainsi qu’une prise en compte effective dans la pratique journalistique du respect du public et du dialogue permanent avec lui.

Une soixantaine de personnes, en effet, sont venues aux trois réunions ouvertes que nous avons tenues les 16 janvier, 15 février et 20 mars. Parmi elles, on compte nombre de représentants d’organismes professionnels, d’associations de journalistes ou d’écoles, d’associations ou d’organisations extérieures à la profession : c’est le point de départ d’une action que nous souhaitons plus forte à l’avenir pour que cette idée d’une instance de régulation déontologique s’impose dans les esprits. Et nous savons que nous partons de loin !

Parmi les actions que nous avons menées dans ce sens, je voudrais insister sur notre participation au congrès de l’Union des clubs de la presse de France en décembre à Grenoble et aux Assises du journalisme à Lille et Arras en mars. Dans ces deux rassemblements, où nous avons joué un rôle actif, nous avons vu émerger cette prise de conscience parmi les journalistes qu’il faut « faire quelque chose » pour que la profession retrouve sa crédibilité et la confiance du public. L’engagement public dès l’ouverture des Assises d’une personnalité reconnue, Hervé Bourges, ancien président du CSA et président de l’ESJ de Lille, en faveur d’une instance régulatrice est un encouragement à poursuivre. Nous avons participé à la rédaction de l’appel final et sommes présents dans le groupe de travail réuni sous la houlette de Jérôme Bouvier, qui prépare la rédaction d’une « charte de la qualité de l’information ».

Notre activité nous conduit aussi à multiplier les contacts avec des personnes qualifiées, qu’elles soient françaises ou étrangères. Je vous rappelle que nous avons reçu lors de la réunion du 15 février Christian Campiche, journaliste suisse à l’origine de l’appel « Info en danger » et qui a interpellé le conseil de presse helvétique. D’autres contacts ont eu lieu ces dernières semaines avec des journalistes étrangers.

Lire la suite de ‘Assemblée générale de l’APCP’

1...5960616263...65



SYNDICAT INDEPENDANT DES ME... |
BIBLIOTHEQUE |
Grand Serment Royal des Arb... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Blog de l'Association
| L'amicale des donneurs de s...
| LE CLUB DOMINICAIN - Artisa...