Archive pour le Tag 'colloque'

Page 2 sur 3

La synthèse des débats de l’atelier « créer une instance déontologique pourquoi ? comment ?

Loïc Hervouet, journaliste qui a notamment travaillé dans la presse régionale avant de diriger l’École Supérieure de Journalisme de Lille puis d’être le médiateur RFI , a été un auditeur attentif de l’après midi organisée par l’APCP et Journalisme et Citoyenneté* pour faire le point des positions de journalistes, des éditeurs et des politiques sur la création d’un conseil de presse en France. Ici l’intégralité de son intervention en conclusion / synthèse de ces travaux.

Disons le tout net. Je n’ai aucun lien particulier avec Michel Houellebecq. Si j’avais voici deux ans lors du débat sur le même thème lors des Assises du journalisme de Strasbourg entrepris de dresser la carte et le territoire du sujet en utilisant deux titres de ses ouvrages, c’était pour un clin d’œil au prix Goncourt alors dans l’actualité. Relevant sept convergences, deux divergences, j’avais utilisé pour qualifier deux émergences deux titres de l’auteur : la possibilité d’une île pour qualifier l’idée d’un apparentement ou d’un adossement du futur conseil à la commission de la carte et  une extension du domaine de la lutte pour assigner à une telle structure non seulement un magistère moral mais une fonction de réflexion et de protection du journalisme.La synthèse des débats de l'atelier

Figurez-vous que Houellebecq vient de sortir un nouvel ouvrage, Configuration du dernier rivage, et je ne me gênerai pas pour l’utiliser en le déformant même pour ce que j’espère être un dernier virage avant la ligne droite qui nous mènera à la création de ce conseil de presse. Quoiqu’un dernier rivage puisse aussi être celui de l’arrivée à bon port…En 2010, on avait dressé une liste des convergences, divergences, émergences, et des urgences. On ne les répétera pas: elles restent valables pour l’essentiel (voir bulletin n°2 de l’APCP)

Ambiguïtés levées, définitivement levées

- confusion du projet avec celui d’un Ordre: hors sujet pour mille raisons, dont celle que les journalistes n’exercent pas une profession libérale, mais, même pigistes, sont des salariés.

- assignation d’un rôle de tribunal: le conseil proposé ne revendique ni n’assume aucune fonction coercitive, il se situe dans le domaine pédagogique et incitatif.

- solution miracle: le conseil n’est pas LA solution, mais un des éléments de la solution, un des outils de progrès et de reconquête de la confiance.

Qu’on se le dise: celui qui jouerait encore de ces confusions destinées à nuire commettrait une désinformation relevant sans conteste de la dénonciation au conseil de presse. :-) Retenons en souriant la définition belge d’un « gendarme sans matraque« .

Avancées dégagées

Ce sont en quelque sorte les particules élémentaires constitutives d’une instance.

- un consensus syndical affirmé autour de textes de référence convergents, avec une mobilisation actée du premier d’entre eux, le SNJ

- un accord conceptuel sur la vocation nécessairement globale et multimédia d’une telle instance,  consacrée à toutes les formes de l’information, écrite, audiovisuelle et numérique

- un consensus réitéré sur la nécessaire participation du public à une telle instance.

Opportunités fléchées

Elles pourraient aider à construire la plateforme, et donner le sens du combat:

- Montée inéluctable du besoin de médiation, des instances de médiation, dans tous les secteurs de la société.

- Exemplarité de certaines initiatives comme celles du dispositif créé au Monde, avec à la fois des textes de référence, des procédures et des dialogues programmés ou encore les travaux de recensement et de réflexion de l’ODI (Observatoire de l’information).

- Mobilisation européenne pour des conseils de presse: l’initiative européenne pour généraliser ces instances de médiation repose sur l’expérience des conseils existant dans 19 pays sur26

- Révision des aides à la presse en France: le réexamen de leur justification passe par un supplément d’âme quant à la prise en compte de l’intérêt général, donc des préoccupations d’ordre déontologique.

- Refonte des attributions du CSA: ce réexamen des fonctions et de la composition de cet organisme, qui s’est auto attribué une vocation déontologique, met à l’ordre du jour la question de la régulation, donc celle d’un conseil de presse.

- Dynamisme des instances francophones, au Québec historiquement, très bientôt au Canada, actuellement en Suisse et en Belgique. Et si la France découvrait la modestie de s’inspirer de ce qui réussit ailleurs?

- Engagement sans précédent du parti majoritaire au Parlement sur l’intérêt d’un conseil de presse.

Point de passage obligés

Comme pour la Grèce**, la déploration ne suffit pas. Il faut donc baliser la navigation vers le rivage à travers quelques passes obligées, et néanmoins malaisées:

- Il faut trouver les moyens de fracturer l’opposition larvée d’une majorité d’éditeurs, au-delà des francs-tireurs aujourd’hui favorables: montrer que la vertu est payante, en tout cas nécessaire : une rencontre avec les patrons anglais qui ont de nouveau préféré l’initiative plutôt que l’attente de projets gouvernementaux? Une invitation des éditeurs belges ou suisses, pour témoigner que le conseil de presse n’est pas le diable venant prendre le pouvoir dans les médias? Une pression des politiques pour faire accepter le principe d’une contrepartie à l’aide publique?

- Il faut trouver les moyens d’instaurer sur ce sujet un dialogue constructif entre journalistes et éditeurs … qui aura bien besoin d’une instance de médiation.

Loïc Hervouet

*Le site de Journalisme et Citoyenneté propose ici les vidéos des intervenants et un résumé des débats

** Loïc Hervouet fait allusion à plusieurs interventions demandant de ne pas se limiter à condamner la fermeture du service public de l’audiovisuel en Grèce

 

L’atelier du 13 juin sur un conseil de presse : les mots clefs de la synthèse des débats

A l’issue de 5 heures de table ronde et de débats, il revenait à Loïc Hervouët de dégager les temps forts de ce qui s’est dit ce mercredi 13 juin dans l’amphithéâtre « gestion » de la Sorbonne. Loïc Hervouët a articulé cette synthèse en 4 chapitres :

-  deux ambigüités sont levées : il n’y a plus  confusion entre un conseil de presse et un conseil de l’ordre (le mot n’a pas été prononcé) ; tout le monde convient que créer un conseil de presse n’est pas LA solution de la crise des médias, mais un élément de la solution.

- deux avancées se dégagent : un consensus syndical affirmé en faveur de la création d’un conseil de presse ;   un  accord général sur l’idée qu’un conseil de presse s’intéresse au contenu de tout les médias quelque soit le support de diffusion (presse, audiovisuel, numérique)

-  des opportunités se présentent : le besoin de médiation est exprimé avec force par les citoyens dans tous les domaines ; une incitation européenne  à créer des conseils de presse se développe ;  la révision des aides à la presse est en chantier ; le CSA va être réformé ; les instances francophones similaires montrent un réel dynamisme; enfin et peut-être surtout, il y a un engagement fort du parti majoritaire pour la création d’un conseil  de presse.

- deux passages obligés sont à franchir : dépasser l’opposition larvée des patrons de presse en leur démontrant que c’est une nécessité et un plus pour leurs entreprises; mener le dialogue indispensable entre syndicats de journalistes et éditeurs.

L’APCP rendra compte très prochainement d’une façon plus complète sur ce site et dans son  prochain bulletin de chacune des trois tables rondes, des interventions des « témoins »  et des débats de cet après-midi. Des vidéos des intervenants seront mises en ligne sur le site de nos amis de Journalisme et Citoyenneté, qui réunit chaque année les Assises Internationales du Journalisme et de l’Information.

13 juin à la Sorbonne : Créer une instance de déontologie, pourquoi et comment ?

L’idée de créer en France une instance de déontologique journalistique est de plus en plus une évidence. Plusieurs « affaires » récentes montrent la nécessité d’un lieu où serait dit ou non le respect de l’éthique du journalisme, en dehors de tout parti pris idéologique ou corporatiste, dans le but d’analyser et d’améliorer les pratiques et pour contribuer à redonner au public confiance dans les journalistes et les medias. Des organisations importantes soutiennent désormais clairement  ce projet. Mais il y a encore du chemin à faire pour que cette instance voit le jour. Il est temps de faire le point sur les avancées, les blocages, les interrogations, et de réfléchir aux voies et moyens pratiques pour créer cette instance.

L’APCP et l’association « Journalisme & Citoyenneté » - qui réunit chaque année les Assises Internationales du Journalisme et de l’Information – organisent dans ce but le 13 juin 2013 après-midi à la Sorbonne un atelier – débat .

Journalistes, éditeurs, politiques et citoyens y sont invité à prendre position sur la création ou non d’une telle instance et  à dire comment ils entendent agir pour y parvenir. Ici le  le programme détailléfichier pdf

Rendez vous à l’amphithéâtre « gestion »* de la Sorbonne

Le 13 juin de 14h00 à 19h00.

L’accès est libre mais vous êtes invités à vous préinscrire  en suivant ce lien.

*entrée par le 14 rue Cujas, accès direct sans monter d’escalier ou par le 1 rue Victor Cousin, puis galerie JB Dumas ;ici un plan de la Sorbonne fichier pdf

123



SYNDICAT INDEPENDANT DES ME... |
BIBLIOTHEQUE |
Grand Serment Royal des Arb... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog de l'Association
| L'amicale des donneurs de s...
| LE CLUB DOMINICAIN - Artisa...