• Accueil
  • > Actualités
  • > Affaire Mediapart: l’arrêt de la cour d’appel de Versailles et la déontologie des journalistes

Affaire Mediapart: l’arrêt de la cour d’appel de Versailles et la déontologie des journalistes

Une cinquantaine de médias, d’associations et de syndicats ont rendu public ce 11 juillet un appel à la solidarité avec le site Médiapart et l’hebdomadaire Le Point, condamnés le 4 juillet par la cour d’appel de Versailles à retirer de leurs sites tous les extraits et citations des enregistrements effectués par son majordome chez Mme Bettencourt,  documents à l’origine de l’affaire. Cette condamnation assortie d’une astreinte de 10 000 euros par jour de retard et par infractions constatées. Cet appel avait recueilli plus de 8000 signatures le 11 juillet au soir dont celles d’une quarantaine de politiques et d’une centaine de personnalités de la société civile.

Au delà de la question de droit, il est remarquable  que le débat reprend des considérations qui relèvent de l’éthique du journalisme, sur la publication de documents obtenus illégalement par des tiers, et sur la nécessité d’appuyer ses écrits sur des faits précis. Philippe Piot, docteur en droit et chargé d’enseignement au CUEJ de Strasbourg, s’interrogeait ainsi dans les colonnes de l’hebdomadaire Les Inrockuptibles : « Mediapart aurait-il dû écrire au conditionnel sans signaler les éléments que ses journalistes avaient entre les mains afin de rendre crédible son travail ? »

Pour les journalistes, faire la balance entre le respect de la vie privé et l’intérêt de la publication d’une information est quotidien. Les conseils de presse existant donnent régulièrement des avis sur ce point (voir page ici et là  » Suisse : Même les rédacteurs en chef saisissent le conseil de presse » et « Grande Bretagne : Respecter la volonté de la famille d’un défunt« ). Une récente délibération du Conseil de Déontologie Journalistique belge  préconise d’évaluer cette notion d’intérêt général au regard de « l’importance [d'une] information pour le débat démocratique et le lien entre le fait privé et l’exercice d’un rôle public ».

Il n’est pas exagéré de penser que l’existence d’un conseil de presse en France permettrait de nourrir la réflexion de la profession et du public sur ce point, et partant, d’éclairer les raisonnements juridiques, sans s’y substituer,  d’une dimension proprement déontologique.

0 Réponses à “Affaire Mediapart: l’arrêt de la cour d’appel de Versailles et la déontologie des journalistes”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




SYNDICAT INDEPENDANT DES ME... |
BIBLIOTHEQUE |
Grand Serment Royal des Arb... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog de l'Association
| L'amicale des donneurs de s...
| LE CLUB DOMINICAIN - Artisa...