Interview de Franck Riester (U.M.P.)

« Il faut s’interroger sur l’autorégulation en matière de déontologie »

Franck Riester est député de Seine-et-Marne et maire Coulommiers. Pour l’UMP, il a été notamment directeur national de la campagne de 2009 pour les élections européennes et de celle de 2010 pour les élections régionales, et rapporteur des lois Hadopi.

Quel jugement portez-vous sur l’information en France ?

Elle est globalement bonne. L’arrivée de nouveaux médias, de nouveaux acteurs, a entraîné la mise à disposition d’une quantité d’informations, ce qui n’existait pas auparavant. Mais tout bouge très vite et il y a des choses sur lesquelles on doit pouvoir progresser.

 

Le « politique » doit-il intervenir dans ce domaine ?

C’est un sujet extrêmement sensible. Les Français sont très attachés à la liberté médiatique. On est tout de suite suspecté de vouloir contrôler la presse… Aussi tout ce qui vient des professionnels eux-mêmes est préférable. Que l’on traduise ensuite par des lois ou des décrets, oui. Par exemple, dans les lois Hadopi, il a été intégré des dispositions sur les droits d’auteur qui émanaient de la profession.

 

Faut-il réformer le CSA ?

Il n’y a pas d’urgence. Mais il faut une réflexion générale sur la régulation à l’ère technologique. Et être très prudents. Les diverses instances qui existent ont des convergences sur certains points ; après ces réflexions, il sera toujours temps de construire une nouvelle gouvernance.

 

Pensez-vous utile d’avancer vers plus de déontologie dans les médias, de créer une instance nationale dédiée, de type conseil de presse ?

L’idée de rétablir le lien de confiance entre les médias et le public est essentiel. Comme est essentielle la confiance entre les politiques et les citoyens. Les pouvoirs publics ne doivent rien avoir à cacher, ce qui suppose la transparence, la mise à disposition de tous des données publiques, ce qu’Internet permet. Tout ce qui va dans le sens de la transparence et de la confiance est utile.

La déontologie de l’information ne doit pas être réservée à l’audiovisuel, avec son instance de régulation. Tous les médias et les journalistes sont concernés. Il y a une réflexion à mener en prenant en compte – pourquoi pas ? – l’autorégulation. Beaucoup de questions pourraient être réglées grâce à elle. C’est un bon principe, mais il faut s’interroger sur la méthode.

propos recueillis par Yves Agnès et Philippe Guihéneuf le  21 mars 2012

0 Réponses à “Interview de Franck Riester (U.M.P.)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




SYNDICAT INDEPENDANT DES ME... |
BIBLIOTHEQUE |
Grand Serment Royal des Arb... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog de l'Association
| L'amicale des donneurs de s...
| LE CLUB DOMINICAIN - Artisa...